Un design sans limites

Empreints de magie et de créativité, les décors signés par le duo Kinmonth-Monfreda ne connaissent aucune limite

Puisqu'il était impossible de transporter Milan au cœur des montagnes, les montagnes se sont installées au cœur de Milan. Patrick Kinmonth et Antonio Monfreda se sont nourris de cette approche ingénieuse et inspirante pour recréer un voyage en train parcourant les montagnes suisses de Milan à Zermatt : à l'occasion de la Fashion Week de Milan, le duo de designers a créé un décor de grande envergure mettant en scène la collection Automne-Hiver 2019 de Bally.

Ces deux créateurs hors pair ont ainsi reconstitué une voie ferrée et six confortables wagons dans le showroom de Bally à Porta Venezia, invitant les visiteurs à découvrir la collection inspirée du monde alpin dans un décor sur mesure. Concept-stores, double pages de magazines ou encore décors d'opéra et de ballet figurent parmi les réalisations du duo, qui a cette fois reproduit la dimension multisensorielle d'un voyage en train entre les murs d'un showroom. Monfreda décrit cette expérience comme un processus naturel fondé sur l'instinct, lui-même guidé par les produits évoquant un week-end de détente au cœur des montagnes suisses. Kinmonth ajoute que « le processus est un voyage artistique » qu'il décrit ainsi : « Notre travail consiste à faire de l'imaginaire une réalité. Pas seulement en images, mais à travers une expérience en 3D, en 4D, voire en 5D (incluant ici une dimension sonore) qui soit surprenante de réalisme. Il s'agit d'une immersion totale. » Parfait exemple de cette approche, un film passe en boucle derrière les fenêtres des voitures pour permettre aux visiteurs d'admirer les montagnes qui défilent sous une tempête de neige ; des enceintes dissimulées diffusent les sons et vibrations d'un train en marche, tandis qu’à l’entrée de l’installation, des machines à fumée donnent l'impression que des rafales de neige s'abattent sur les lieux.

« Nous pouvons consacrer jusqu'à une année à la création d'un décor qui sera accessible pendant 20 minutes ou deux heures, dans l'espoir que les visiteurs s'en souviennent pour le reste de leur vie. Pour cela, il est essentiel de bien comprendre l'espace. »
Patrick Kinmonth

Six semaines ont été nécessaires à la réalisation de ce projet, transformant le showroom de Bally en un chantier de construction pendant les six jours précédant la présentation au public. L'installation d'une véritable voie ferrée et de morceaux de granite provenant des montagnes suisses n'a pas été une mince affaire : d'après Monfreda, cela a nécessité « de trouver un bon partenaire qui soit partant, puis de faire des compromis afin de concrétiser le projet ». Il ajoute : « Patrick m'a appris que notre métier consiste à trouver des solutions. » Mais pour Kinmonth, l'authenticité d'une expérience allant au-delà du virtuel justifie les efforts déployés. « Si l'on regarde les photos du décor, on peut avoir l'impression qu'elles sont issues d'un film. Mais nous voulions aller plus loin en créant une vraie expérience physique, comme si les visiteurs étaient réellement installés dans un magnifique train en route vers Zermatt. »

Pendant la présentation à la Fashion Week de Milan, les visiteurs étaient accueillis par deux pics montagneux de plus de 2,5 mètres de haut et 2 mètres de diamètre : le premier émergeait du sol pour mettre en scène la chaussure de randonnée de la saison en son sommet, tandis que l'autre semblait surgir du plafond jusqu'à effleurer la chaussure. Une façon peut-être d'interpréter l'esprit montagnard helvétique sous un nouvel angle, comme le font les collections Bally en portant un regard contemporain sur les grands classiques du style.

Savoir aimer et comprendre l'architecture est également au cœur de l'œuvre de Kinmonth et Monfreda, dont les sources d'inspiration sont aussi variées que l'Angleterre du XVIIe siècle et la richesse culturelle d'aujourd'hui. « Antonio et moi sommes des passionnés d'architecture. Nous avons tous les deux conçu des constructions temporaires et permanentes qui, nous l'espérons, restent dans les mémoires » explique Kinmonth. « Nous pouvons consacrer jusqu'à une année à une création qui sera accessible pendant 20 minutes ou deux heures, dans l'espoir que les visiteurs s'en souviennent pour le reste de leur vie. Pour cela, il est essentiel de bien comprendre l'espace. » Certains conseils techniques peuvent être d'une grande aide. « Nous avons souvent recours aux miroirs pour rendre les décors plus captivants. Cela créé l'illusion que le lieu est deux fois plus grand, et dans ce cas précis le visiteur a l'impression que le train emprunte un tunnel pour traverser les montagnes » révèle Monfreda. Par ailleurs, chaque lieu renferme souvent des éléments qui stimulent l'inspiration. « Une sculpture lumineuse inspirée de Dan Flavin se trouvait déjà dans l'atelier du showroom. Nous l'avons rabaissée et installée derrière la chaîne de montagnes, puis nous y avons ajouté des tubes aux couleurs de la collection. » En intégrant cet élément à l'installation, les designers ont également résolu un problème de luminosité. « Nous avons fait d'une faiblesse une force » affirme Monfreda.

« Nous nous fions à notre instinct dès que nous en ressentons le besoin. »
Antonio Monfreda

Si Kinmonth et Monfreda travaillent en duo depuis une décennie, la quantité d'idées qu'ils souhaitent concrétiser à l'avenir nécessitera au moins dix autres années de travail conjoint. Kinmonth explique que, quel que soit le projet, le processus créatif naît des longues discussions que lui-même et Monfreda ont par téléphone entre Londres et Rome, où ils vivent respectivement. « Ce qui ressort de ces discussions devient souvent réalité. » Monfreda ajoute que tous leurs projets ont un point commun : « Nous nous fions à notre instinct dès que nous en ressentons le besoin. » Il explique par ailleurs qu'il ne pourrait pas se passer de son téléphone dans son métier : « Il me permet de visualiser le rendu de l'espace en photos et sur les réseaux sociaux. » Habitué à travailler sur plusieurs projets à la fois, Kinmonth a un grand souhait : « Dans l'idéal, je souhaite collaborer avec Antonio sur chaque projet. Ainsi, il garde toujours un œil sur ce qu'il se passe. »