La Bally Scribe : de 1951 à ce jour

Fabriquée de mains d'experts, depuis leur création jusqu'à cette collection capsule Automne/Hiver 2018, Teo van den Broeke retrace l'histoire de le gamme de chaussures de ville Scribe signée Bally.

Bally Scribe

Un vieil adage dit que c'est aux chaussures qu'il porte qu'on juge le caractère d'un homme. En ce qui concerne la collection Scribe signée Bally, il n'y a pas un modèle qui ne nous ferait penser du mal de celui qui les porte. Dévoilée par la marque suisse en 1951 pour célébrer son centenaire, cette collection tient son nom de l'hôtel parisien Scribe : un refuge situé dans le 9e arrondissement où Max, petit-fils de Carl Franz Bally fondateur de la société, avait pour habitude de séjourner. Également lieu de villégiature préféré d'un grand nombre de célébrités, parmi lesquelles on peut compter Josephine Baker, George Orwell et les frères Lumière (qui y ont dévoilé leur première invention cinématographique en 1895), le nom Scribe est un homonyme brillant et parfaitement adapté à cette collection de chaussures résolument unique.

Bally Scribe

Si Bally jouissait déjà à l'époque d'une solide réputation en matière de fabrication de chaussures, dont l'élégance et la qualité étaient aussi impressionnantes qu'intemporelles, le lancement de la gamme Scribe permit à la société d'atteindre de nouveaux sommets. Modèles de ville élégants, dotés de finitions des plus raffinées, les chaussures Scribe, des mocassins aux chaussures Richelieu en passant par les bottines Chelsea et Derby, arborent toutes un montage Goodyear, qui assure à la fois confort et maintien de la forme. Toutes les chaussures présentent en plus une semelle intérieure en liège, spécialement conçue pour s'adapter à la forme du pied de celui qui les porte. Puisque pour Bally rien n'est jamais suffisant, la tige de chaque chaussure est confectionnée dans un superbe cuir de veau, ciré à la main pour obtenir une brillance éclatante.

C'est pourtant sa forme à monter (le patin en bois en forme de pied) utilisée pour fabriquer les chaussures Scribe qui permet à cette collection de véritablement se démarquer. Dotée d'une voûte élevée, d'un embout élégant plus carré et d'une tige sculptée, le design de la forme à monter a été revisité pour la toute première fois en 2015 depuis sa création, afin de donner aux chaussures de cette collection une silhouette plus moderne et épurée. La même année, une version innovante et ultra-légère de la semelle à montage Goodyear a été ajoutée sur l'ensemble des chaussures de la collection. Conçues dans une combinaison de caoutchouc et d'éthylène-acétate de vinyle, ces semelles sont à la fois durables et légères comme une plume. Elles sont en effet environ deux fois plus légères qu'une semelle en caoutchouc traditionnelle. Que dire de plus... Les chaussures de la collection Scribe sont imperméables, caractéristique à ne pas négliger lorsque l'on marche dans les rues anglaises.

Bally Scribe

En plus de la collection Scribe principale, Bally dévoile chaque saison une collection capsule Scribe exclusive : pour la saison Automne/Hiver 2018, il s'agit avant tout de revenir aux racines suisses de la marque. Baptisée Lugano, cette collection capsule se compose de trois nouveaux modèles spécifiquement conçus pour les terrains montagneux surplombant la petite ville suisse dont elle tire son nom. Chaque paire de chaussures est confectionnée dans un cuir de veau français teint et poli à la main, tandis que leurs semelles sont injectées de caoutchouc pour plus d'adhérence. Relativement massif, le design de ces trois chaussures est parfaitement adapté à l'environnement montagneux, pour lequel elles ont été originellement conçues. Ma préférée reste la bottine à lacets. Alliant cuir et daim, elle s'accorde à merveille avec la tendance randonnée du moment.

Une fois l'une de ces paires de Scribe Bally enfilée, vous aurez beaucoup de mal à la quitter... Il est même fort possible que vous finissiez par l'emmener en randonnée !