Bally Animals et le style de la Nouvelle-Orléans.

Jian Deleon examine la longue histoire entre la réédition de la collection Animals de baskets et d'articles streetwear de Bally, et la scène hip-hop de la Nouvelle-Orléans. Découvrez aussi le lancement exclusif de la collection Bally Animals.

Dévoilée à The Orpheum Theatre à New Orleans le 3 mai 2018, la collection Bally Animals a rapidement défrayé la chronique. Outre le retour de ces modèles emblématiques, l'évènement fêtait le lancement d'une collection d'accessoires et d'articles de prêt-à-porter disponibles exclusivement aux États-Unis. Bally CEO Frederic de Narp, Benjamin Simmons, Swizz Beatz et DJ Dee-1 comptaient parmi les invités, sans oublier les prestations de Big Freedia.

À la Nouvelle-Orléans, les origines de la scène hip-hop remontent au milieu des années 1980, époque de la sortie du single « Drag Rap » des Showboys qui, bien qu'ayant fait un flop à New York, avait trouvé un véritable écho dans le Sud. Souvent reprises par d'autres musiques de la Nouvelle-Orléans, ses séquences de batterie et ses xylophones apportèrent une note moderne aux puissants rythmes indiens du Mardi Gras, avant d'évoluer pour devenir le « bounce », ce sous-genre caractéristique du hip-hop de la Nouvelle-Orléans des années 1990. Warren Mayes fut le premier rappeur de la Nouvelle-Orléans à faire sensation en signant un contrat avec Atlantic Records en 1991.

Play video

Parmi les autres rappeurs de renom on note Big Freedia, DJ Jubilee et Bust Down, interprète de « Putcha Ballys On ». Puis ce fut le tour de Master P bien sûr, avec son groupe No Limit Records, et le label Cash Money extrêmement influent de Bryan 'Birdman' Williams, responsable de la réussite fulgurante d'artistes tels que Kilo-G, BG, Turk, Juvenile et Lil Wayne. Le rap de la Nouvelle-Orléans a progressé au point d'entrer en concurrence avec le rap New-yorkais, et continue à être un véritable vivier des plus prodigieux talents du Sud. Mais, tout comme la réinterprétation des influences orientales dans la musique, les tendances stylistiques eurent elles aussi un impact majeur sur la culture.

Les solides bottes de travail et les doudounes surdimensionnées, tenues favorites de la Côte Est, furent rapidement bannies au profit des jeans baggy, des vêtements de sport respirants, et de toute une gamme de baskets, bien mieux adaptés au climat local. T-shirts blancs ultralongs, souvent rehaussés de ceintures à large logo, bandanas de coton et casquettes de baseball devinrent la norme. À l'époque, le confort importait autant qu'aujourd'hui, et les survêtements évoluèrent, passant des élégants modèles des années 1980 aux coupes plus lâches des années 1990.

Bally’s Animals and NOLA style

Il va sans dire que rien de tout cela ne comptait si les chaussures juraient avec le reste de la tenue. Et les baskets Bally Animals représentaient la quintessence des chaussures tendance. D'après Don Bartholomew, PDG de Bangn Records en Louisiane : « Ces baskets représentaient l'article incontournable. Il fallait à tout prix porter des Bally. »

Comme la plupart des tendances liées au hip-hop, la collection originale de Bally Animals connut une seconde vie, au-delà de son inspiration originale. Lancée en 1991, la collection célébrait le 700ème anniversaire de la Fédération de la Suisse. Les vaches qui ornent la collection sont censées symboliser la transhumance du bétail dans les Alpes. Une tradition qui perdure encore de nos jours. Néanmoins, les couleurs vives et les motifs hautement emblématiques de cette collection en ont rapidement fait le symbole de la scène rap de la Nouvelle-Orléans.

La nouvelle collection Bally Animals rend hommage à cette époque en reprenant la même semelle aux dessins animaliers, si convoités dans les années 1990. Disponible en modèle montant Alpistar et en baskets basses Anistern, Anibally, la sandale piscine qui à l'époque aurait certainement été portée avec des chaussettes assorties, incarne à merveille le style confortable et luxueux privilégié par la scène hip-hop de la Nouvelle-Orléans Fidèle à l'esprit des années 1990, la collection Bally Animals propose polos, vestes et pantalons de survêtement coordonnés au logo brodé, sur des silhouettes remodelées pour une apparence plus contemporaine. Et puisque le look rétro ne saurait être complet sans les accessoires appropriés, nous proposons aussi des bandanas en coton, des casquettes de baseball en cuir, des sacs à dos et des ceintures ornées du logo Bally.

Bally’s Animals and NOLA style